Lundi,  28 septembre 2020  11:01

Confirmation d'un deuxième cas de coronavirus à Toronto, les aéroports canadiens en état d'alerte élevée


Confirmation d'un deuxième cas de coronavirus à Toronto, les aéroports canadiens en état d'alerte élevée
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

Un deuxième cas de coronavirus a été confirmé à Toronto, en Ontario.

Hier, l'Administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a confirmé la nouvelle sur Twitter.

La personne qui a contracté le virus retournait à Toronto, au Canada, après avoir voyagé de Wuhan, en Chine, avec son mari à bord d'un vol de la compagnie China Southern Airlines. Ceux qui étaient assis près du couple ont été contactés par des responsables de la santé publique, rapporte CBC, et le patient a été isolé. Il est dans un état stable et ne présente pas de risque majeur pour ceux qui ont voyagé sur le même vol.

« Bien qu'il y ait un cas présumé confirmé au Canada, et il n'est pas surprenant qu'il y ait davantage de cas signalés à court terme, le risque global pour les Canadiens demeure faible », a écrit Dre Theresa Tam sur Twitter. « En tant que pays, nous avons beaucoup appris depuis l'épidémie de SRAS en 2003. Tous les ordres de gouvernement travaillent en étroite collaboration pour s'assurer que le Canada est prêt à identifier les cas et à réagir rapidement pour protéger la santé des Canadiens. »

Le gouvernement du Canada avise actuellement les Canadiens de faire preuve d'une grande prudence envers la Chine et d'éviter tout voyage non essentiel dans la province du Hubei, y compris les villes de Wuhan, Huanggang et Ezhou, en raison de l'imposition de restrictions de voyage importantes, afin de limiter la propagation du coronavirus.

Des cas de virus hautement contagieux ont également été signalés au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, à Singapour, à Taiwan et au Vietnam.

Mesures de dépistage améliorées en place

Le premier cas de coronavirus en Chine a été détecté au marché des fruits de mer de Huanan (également connu sous le nom de Wuhan South China Seafood City et South China Seafood Wholesale Market). Selon le gouvernement du Canada, le marché a été fermé le 1er janvier 2020 pour nettoyage et désinfection, mais la source du virus reste encore inconnue.

LIRE PLUS - Nouveau coronavirus : l’inquiétude commence à gagner les voyagistes

Selon l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), il appartient à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) d'informer l'ASFC de toute mesure renforcée requise à mettre en œuvre à la frontière canadienne pour aider à prévenir la propagation de maladies infectieuses graves au Canada.

« Les voyageurs internationaux arrivant aux aéroports internationaux de Montréal, Vancouver et Toronto se voient poser une question supplémentaire de dépistage pour aider à identifier les voyageurs qui pourraient avoir visité Wuhan, en Chine », a déclaré à PAX Ashley Lemire, gestionnaire, relations avec les médias de l'ASFC. « La question sera posée aux voyageurs sur un kiosque électronique (kiosques d'inspection primaire, dédouanement automatisé ou kiosques NEXUS) ou directement par un agent des services frontaliers. »

Selon Ashley Lemire, l'objectif de la question est d'aider à identifier les voyageurs de Wuhan pour un contrôle plus approfondi à leur arrivée au Canada. Les voyageurs qui ont visité Wuhan seront soumis à un dépistage supplémentaire pour aider à prévenir la propagation possible de cette maladie infectieuse au Canada.

Bien qu'il n'y ait pas de vols directs de Wuhan vers le Canada, Ashley Lemire dit que ces mesures « sont mises en place dans ces aéroports en raison de la forte probabilité que les voyageurs en correspondance avec Wuhan arrivent au Canada dans l'un de ces trois aéroports ». Par conséquent, l'ASFC travaille avec l'ASPC et continue de surveiller la situation pour déterminer les mesures à prendre à ces aéroports ou à d'autres.

Les voyageurs qui présentent des symptômes pseudo-grippaux seront référés au personnel de l'ASPC qui sera sur place ou disponible par téléphone. Tous les autres recevront un document et seront autorisés à poursuivre leur voyage prévu.

Des responsables de la santé publique en état d'alerte maximale

Les hôpitaux canadiens sont également en état d'alerte élevé et ont mis en place une série de systèmes de prévention et de contrôle des infections pour atténuer la propagation et la transmission du coronavirus, écrit Dr. Theresa Tam, ainsi que de nombreux aéroports importants, comme l'aéroport international de Vancouver (YVR), l'aéroport international Pearson de Toronto (YYZ) et l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal (YUL), adoptent une approche proactive.

Dans une déclaration le 25 janvier, la ministre de la Santé, Patty Hajdu, a déclaré :

« Des mesures visant à atténuer le risque d'introduction et de propagation de maladies comme le nouveau coronavirus au Canada sont en place, y compris des messages sur les écrans d'arrivée aux aéroports internationaux de Toronto, Montréal et Vancouver rappelant aux voyageurs d'informer un agent des services frontaliers s'ils connaissent la grippe. comme les symptômes, et une autre question de dépistage sur les kiosques électroniques utilisés par les voyageurs internationaux. »

Pour les dernières mises à jour et alertes de voyage sur le coronavirus, cliquez ici.

Indicateur