Vendredi,  26 février 2021  16:06

Des restrictions encore plus strictes à compter du 22 février – y compris un test vers la fin de la quarantaine !


Des restrictions encore plus strictes à compter du 22 février – y compris un test vers la fin de la quarantaine !

C’est à compter du 22 février que tous les voyageurs qui arrivent au Canada par la voie aérienne, à quelques exceptions près, devront passer un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 à leur arrivée au Canada avant de quitter l’aéroport.

À compter de la même date, on exigera aussi qu’ils subissent un second test vers la fin de leur quarantaine de 14 jours.

Et c’est également à compter du 22 février que les voyageurs aériens devront réserver, avant leur départ vers le Canada, un séjour de trois nuits dans un hôtel autorisé par le gouvernement du Canada. Les voyageurs devront demeurer à l’hôtel où ils ont une chambre réservée, pour une durée pouvant aller jusqu’à trois nuitées et à leurs frais, en attendant le résultat du test de dépistage subi à leur arrivée.

De l’information sur la réservation de chambre d’hôtel sera accessible en ligne à compter du 18 février. Les voyageurs devront réserver une chambre d’un hôtel situé dans la première ville où ils arrivent au Canada. Une fois qu’ils auront reçu un résultat négatif au test de dépistage subi à leur arrivée, ils pourront prendre un vol de correspondance vers leur destination finale. 

Les voyageurs pourront choisir parmi un certain nombre d’hôtels situés à proximité de l’un des quatre aéroports internationaux où les arrivées de vols internationaux sont autorisées, soit à Vancouver, à Calgary, à Toronto et à Montréal. Le coût de ces séjours à l’hôtel peut varier légèrement d’un endroit à l’autre. 

Il revient au voyageur de choisir l’établissement où il souhaite séjourner et de faire une réservation avant son départ. Le prix comprendra les frais liés à la chambre, aux repas, au nettoyage, aux mesures de prévention et de contrôle des infections, à la sécurité ainsi qu’au transport.

LIRE PLUS – L’exigence de quarantaine à l’hôtel débuterait le 22 février 

Ceux qui arrivent au Canada par voie terrestre

En ce qui concerne les voyageurs qui arrivent au Canada par voie terrestre, à compter du 15 février, tous, à quelques exceptions près, devront fournir une preuve qu’ils ont obtenu un résultat négatif à un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 effectué aux États-Unis au cours des 72 heures précédant leur arrivée au Canada, ou un résultat positif obtenu de 14 à 90 jours avant l’arrivée.

S’ils ne présentent pas un résultat valide à un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 à leur arrivée à un point d’entrée terrestre du Canada, ces voyageurs se verront accorder l’entrée au pays... Toutefois, ils pourraient recevoir une amende allant jusqu’à 3 000 $ par jour ou faire l’objet de poursuites au criminel.

Ces voyageurs pourraient aussi devoir se rendre dans un établissement de quarantaine désigné s’ils présentent des symptômes à leur arrivée à la frontière ou s’ils ne disposent pas d’un plan de quarantaine approprié.

En outre, à compter du 22 février 2021, tout comme les voyageurs aériens, les voyageurs qui entrent au Canada à un point d’entrée terrestre devront passer un test de dépistage moléculaire à leur arrivée et un second vers la fin de leur quarantaine de 14 jours.

Le gouvernement du Canada mettra en place 16 centres de dépistage à des points d’entrée à l’échelle du pays. Au départ, des centres de dépistage seront accessibles à cinq points d’entrée (dont Saint-Bernard-de-Lacolle) et onze autres s’ajouteront à partir du 4 mars (dont Saint-Armand et
Stanstead). Le gouvernement du Canada s’efforce également de fournir à tous les autres points d’entrée des trousses de dépistage que les voyageurs pourront utiliser pour respecter ces exigences.

L’application ArriveCAN pour tous

Finalement, également à compter du 22 février 2021, tous les voyageurs, qu’ils arrivent au pays par voie aérienne ou terrestre, devront communiquer électroniquement les renseignements sur leur voyage et leurs coordonnées, y compris un plan approprié de quarantaine, au moyen de l’application ArriveCAN avant de franchir la frontière ou de monter à bord d’un avion.

Pour qu’un lieu de quarantaine soit jugé approprié, les voyageurs ne peuvent pas être hébergés avec des personnes qui travaillent dans des hôpitaux ou des établissements de soins de longue durée, des adultes de plus de 65 ans, ou des personnes immunodéprimées ou susceptibles de présenter une maladie ou des complications graves. De plus, les voyageurs doivent éviter toute interaction avec les membres de leur ménage qui n’ont pas voyagé avec eux.

« Ce n’est pas le moment de voyager »

Les ministres Patty Hajdu, Bill Blair et Omar Alghabra.


Le gouvernement du Canada conseille toujours fortement aux Canadiens d’annuler ou de repousser tout voyage non essentiel à l’étranger, notamment les projets de vacances.

Les ressortissants étrangers devraient également repousser ou annuler tout voyage prévu au Canada.

« Ce n’est pas le moment de voyager », insiste le gouvernement.

On fait valoir que les mesures qu’applique le Canada aux frontières et aux voyages sont parmi les plus rigoureuses au monde. Quant aux exigences encore plus rigoureuses annoncées aujourd’hui, elles visent notamment à contrer les nouveaux variants de la COVID-19, dont les cas se multipliant au pays.

« Nous voyons apparaitre les cas de variants préoccupants, et c’est pourquoi nous mettons en place des mesures additionnelles. Ce n’est pas le moment de voyager, alors s’il vous plait, annuler tout voyage que vous auriez prévu », déclare Patty Hajdu, ministre de la Santé.

« La santé et la sécurité des Canadiens sont toujours au sommet de nos priorités lorsque vient le temps de prendre des décisions », assure pour sa part Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

« Parallèlement, nous reconnaissons l’importance de maintenir la circulation des marchandises et la prestation des services essentiels au Canada. La réponse du gouvernement face à cette pandémie comprend les mesures requises pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens tout en faisant rouler l’économie », ajoute Omar Alghabra, ministre des Transports.

Bon à savoir

  • Les ressortissants étrangers qui ont obtenu une exemption pour entrer au Canada se verront refuser l’entrée, à quelques exceptions près, s’ils ne présentent pas un résultat de test de dépistage moléculaire de la COVID-19.
  • Le défaut de fournir des renseignements exacts constitue une infraction à la Loi sur la mise en quarantaine. De plus, un voyageur qui ne respecte pas une directive sur la quarantaine ou l’isolement donnée par un agent de contrôle ou un agent de quarantaine enfreint la Loi sur la mise en quarantaine et s’expose à des peines sévères, notamment six mois de prison et/ou des amendes d’un montant de 750 000 $.
  • Des exemptions demeurent en vigueur afin d’assurer le maintien des chaînes d’approvisionnement commerciales entre le Canada et les États-Unis. Le gouvernement du Canada collabore étroitement avec l’administration Biden quant aux mesures frontalières des deux pays et nous veillons au maintien d’une bonne communication.


LIRE PLUS – Une pétition s’oppose aux «hôtels-prisons de quarantaine» 

LIRE PLUS – L’exigence de la quarantaine à l’hôtel commencera « dans les semaines à venir » 

LIRE PLUS – Exiger la quarantaine à l’hôtel détruirait le secteur du tourisme-voyage, dit le WTTC 

LIRE PLUS – Nouvelles restrictions aux voyages : comment s’ajustent les transporteurs 

LIRE PLUS – Les vols vers les destinations soleil suspendus jusqu’au 30 avril et un début de quarantaine à l’hôtel 

LIRE PLUS – Nouvelles restrictions aux voyages : « d’excellentes nouvelles », selon Québec   

LIRE PLUS – Nouvelles restrictions aux voyages : « Notre industrie a été fermée », réagit l’ACTA 

Indicateur