Carlson Wagonlit tient son Académie d’automne à Trois-Rivières


Carlson Wagonlit tient son Académie d’automne à Trois-Rivières
Dans l’ordre habituel, on reconnaît Mark Stubbert et Ùna O’Leary, respectivement directeur principal des opérations pour le secteur «loisirs» et directrice principale marketing et relation avec les fournisseurs pour l’Amérique du Nord, le conférencier Sébastien Sasseville, Louise Gardiner, directrice principale du Programme des associés au Canada, et Véronique Catteau, directrice régionale pour le Québec.

C’est sous le thème «Votre monde de possibilités» que le consortium Carlson Wagonlit a tenu son Académie de formation d’automne, à Trois-Rivières, les 30 septembre et 1er octobre dernier. Quelque 75 propriétaires et agents de voyages venus de tous les coins du Québec ont participé à cette session qui s’est tenue au Centre de congrès de l’hôtel Delta. Le samedi après-midi, ils ont rencontré la quarantaine de représentants de 27 fournisseurs dans le cadre de la traditionnelle foire commerciale.

En matinée, ils avaient écouté le motivateur Sébastien Sasseville. A la suite d’un diagnostic de diabète de type 1, qui lui a été communiqué en 2002, celui-ci s’est mis à relever une série de défis sportifs. Il a complété l’ascension de l’Everest en 2008, l’ultramarathon du Sahara (250 kilomètres en 5 jours), en 2012, et traversé le Canada d’Est en Ouest à la course, en 2014 (7 200 kilomètres de Saint-Jean de Terre-Neuve à Vancouver au rythme de cinq ou six marathons par semaine). Au cours d’une conférence d’une heure, il s’est efforcé de communiquer aux agents de voyages qui l’écoutaient quelques messages aussi valables pour eux que pour un sportif d’endurance de haut niveau, à savoir que le succès ne doit pas être un objectif, mais plutôt une conséquence de l’effort, que plus on est près du but, plus cela devient difficile, et que c’est en y allant un pas à la fois qu’on finit par performer.

DSC_2906.jpeg Le conférencier et motivateur Sébastien Sasseville

Commandité par Air Canada et Vacances Air Canada, le souper du vendredi soir a été suivi d’une Soirée casino. Le lunch du samedi était commandité par Transat. Trois prix ont été attribués par tirage au sort à l’issue du trade show. Le hasard a voulu que deux d’entre eux soient gagnés par des représentantes de la même agence. Ainsi, Cynthia Guillemette de CWT Vacances Voyages, à Laval, a gagné une semaine de séjour dans un Karisma, tandis que sa collègue, Gina Sauro, remportait les deux billets d’avion pour Las Vegas sur les ailes d’Air Canada.

Au cours d’une entrevue qu’elle a accordé à PAX Nouvelles en marge de cette Académie, Louise Gardiner, directrice principale du Programme des associés au Canada, a évoqué les objectifs visés lors de ces deux journées.

Quel est le message que vous vouliez délivrer à vos membres, durant cette rencontre?

Je voulais leur dire que les perspectives d’avenir sont excellentes pour notre industrie, car les Canadiens dépensent 35 milliards $ pour effectuer des voyages d’agrément à l’étranger, soit deux fois plus per capita que les Américains. Et cette somme continue d’augmenter, année après année. Mais les attentes de la clientèle ont changé. Ces changements affectent les façons de réserver, le choix de destinations et la durée des voyages. Il faut donc s’adapter en changeant nos façons d’aborder les clients. Tant les baby boomers que les membres de la génération Y, ceux qu’on appelle aussi les Milleniums, aspirent à faire des expériences de voyages inoubliables qui leur laisseront des souvenirs durables. Il faut donc qu’on les inspire en revenant aux sources du métier. Il faut que les conseillers cessent de considérer le domaine du voyage uniquement comme un ensemble de produits et de prix qu’il faut gérer. Il faut qu’ils ravivent la passion qui coule dans leurs veines et qui leur a fait choisir cette profession, de manière à faire partager à leurs clients des idées novatrices et des expériences inspirantes. Il faut qu’ils racontent des histoires aux clients, car c’est la meilleure façon de communiquer leur passion du voyage. C’est le message que nous avons tenté de délivrer à nos membres dans le cadre de cette conférence. Les clients sont aujourd’hui intéressés à un certain mode de vie, ce qu’on appelle «le lifestyle». Notre marketing est axé là-dessus. Chez Carlson Wagonlit, nous avons tous les outils nécessaires pour leur faire vivre des expériences de voyage susceptibles de plaire aux amateurs de lifestyle.

DSC_2936.jpeg Louise Gardiner

Quelles sont les principales forces de votre réseau?

Ce sont, premièrement, l’ampleur du réseau mondial de Carlson Wagonlit, qui déploie une force de ventes de 19 000 agents et spécialistes dans 150 pays, deuxièmement, les ententes avantageuses que nous avons négociées avec des fournisseurs clés, et troisièmement, la relation entamée en 2006 avec RBC, qui nous permet de distribuer et d’encaisser les points, grâce à notre outil de gestion Teammate. Il s’agit d’un Intranet qui nous permet, non seulement de gérer le CRM, de mettre en ligne des sessions de formation, de donner accès à nos produits, mais aussi d’encaisser et d’échanger les points accumulés par les détenteurs de cartes de crédit RBC.

Combien de points de ventes fédérez-vous au Québec et au Canada?

Près d’une cinquantaine au Québec, parmi lesquelles trois succursales dont nous sommes propriétaires, soit deux à Montréal et une à Québec. Au Canada, nous regroupons 115 associés, sans compter Harvey’s Travel, qui déploie un réseau de 21 points de ventes dans les provinces Atlantiques. Et nous exploitons 17 succursales dont Carlson Wagonlit est propriétaire, plus un centre d’appel, Calson Wagonlit Concierge, réservés aux détenteurs de la carte Visa Infinite Privilege.

Avez-vous des objectifs de croissance, au Québec?

Bien sûr, nous voulons agrandir le réseau, mais pas n’importe comment. Nous cherchons à recruter des agences en bonne santé financière, dans des régions où nous ne sommes pas ou peu présents. Mais elles doivent adhérer à notre vision et être en mesure de soutenir nos stratégies commerciales.

Indicateur