Budget Freeland : l’ACTA se réjouit; l’AAVQ se fâche !


Budget Freeland : l’ACTA se réjouit; l’AAVQ se fâche !
Wendy Paradis et Moscou Côté.

Tandis que plusieurs associations de l’industrie, dont l’ACTA, accueillent favorablement la prolongation jusqu’en septembre des programmes de soutien fédéraux annoncée dans le budget Freeland, d’autres associations, comme l’AAVQ, critiquent sévèrement le fait que le gouvernement propose de réduire progressivement le taux de ces subventions.

LIRE PLUS – Budget Freeland : les mesures qui touchent les acteurs du tourisme-voyage

Les agents bénéficieront d’un répit continu, selon l’ACTA

« L’ACTA se réjouit de la prolongation des programmes de soutien fédéraux jusqu’en septembre. Les agences de voyages, les conseillers en voyages et les agents indépendants bénéficieront ainsi d’un répit continu », a réagi la présidente de l’ACTA, Wendy Paradis.

Du même souffle, Mme Paradis rappelle que l’ACTA prévoit que l’industrie aura besoin d’un soutien prolongé non seulement jusqu’en septembre...

 « ... mais jusqu’à la fin de l’année, ou jusqu’à ce que les restrictions sur les voyages soient levées. »

À cet égard, la présidente de l’ACTA semblait toutefois approuver le fait que le gouvernement prévoit la possibilité de prolonger les programmes de soutien (jusqu’au 20 novembre) dans le cas où la situation économique et de santé publique l’exigerait.

Pour le reste, Mme Paradis mentionnait aussi que l’Association prendrait le temps d'examiner le document de 724 pages afin de comprendre les changements apportés aux programmes gouvernementaux. 

Entre-temps, elle évoque déjà « des préoccupations initiales concernant la baisse des niveaux maximums de base et de complément à partir de juillet ».

« Ça va faire très mal », selon l’AAVQ

Pour sa part, loin de se réjouir, l’AAVQ qualifie le budget Freeland de « très décevant » pour l’industrie.

« Je ne comprends que des associations de l’industrie se réjouissent des prolongations annoncées des programmes de subvention salariale et d’aide au loyer commercial, déclare le président Moscou Côté. On parle d’une aide au loyer qui passera de 65 % à 60 %, à 40 %, à 20 %, puis à 0 % entre juillet et octobre. Parallèlement, la subvention salariale maximum passera graduellement de 847 $, à 677 $, à 452 $ à 226 $, puis à 0 $. »


« Ça va faire très mal. Le gouvernement n'a absolument pas compris la réalité de notre domaine ou n'en a pas tenu compte », dénonce-t-il.

Le président de l’AAVQ explique que l’Association s’attend à une reprise des réservations en septembre, à peu près au moment où les programmes de soutien prendront fin. Les agences devront alors réembaucher du personnel, mais seront exposées à un manque de liquidités compte tenu du long délai entre le moment de la réservation et le moment où l’agence reçoit sa commission.

Moscou Côté rappelle que l’AAVQ est en discussion avec le gouvernement du Québec à propos de solutions pour stimuler la relance. Selon lui, la fin annoncée des programmes fédéraux rendra encore plus nécessaire un soutien du gouvernement provincial.

Autres réactions

Plusieurs autres associations de l’industrie ont réagi aux mesures annoncées par la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Selon le Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNLA), qui représente Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation et WestJet, le budget comporte des mesures positives pour favoriser la reprise de l’économie globale des voyages et du tourisme, mais beaucoup reste à faire, notamment en ce qui concerne le plan de redémarrage.

« Il reste encore du travail à faire, en particulier l’élaboration d’un plan de redémarrage sûr pour l’aviation et les voyages internationaux, si nous voulons rétablir les centaines de milliers d’emplois canadiens qui sont soutenus par le secteur et faciliter la reprise économique des collectivités dans toutes les régions du Canada », a déclaré Mike McNaney, président et directeur général du CNLA.

L'Alliance de l'industrie touristique du Québec (AITQ) accueille positivement le budget 2021-2022 du gouvernement fédéral, plus particulièrement la création d'un fonds d'aide au tourisme de 500 M$, qui sera administré par les agences de développement régional, ainsi que des mesures annoncées pour appuyer les festivals et autres événements.

« Les mesures de plus de 1 G$ sont en phase avec les recommandations formulées pour soutenir les entreprises de toutes tailles de notre secteur économique », s’est félicité le PDG de l’AITQ, Martin Soucy.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) applaudit plusieurs mesures du budget 2021, tout en relevant qu’il comporte certains angles morts.

« Le prolongement de trois mois supplémentaires des subventions salariales et au loyer est bienvenu. Il nous semble cependant évident qu'une autre prolongation sera nécessaire. De moins en moins d'entreprises en auront besoin, grâce à la campagne de vaccination qui permettra éventuellement la levée des restrictions sanitaires, mais il est important de garantir ce filet de sûreté à celles qui auront moins de chances. Nous nous attendons à ce qu'un soutien gouvernemental prolongé leur soit offert et annoncé rapidement pour permettre la rétention d'une main-d'œuvre aguerrie », a ainsi relevé le PDG de la FCCQ, Charles Milliard.

Enfin, le Conseil des aéroports du Canada (CAC) a remercié le gouvernement fédéral pour plusieurs initiatives positives visant à appuyer le transport aérien et le tourisme dans le budget fédéral de 2021. Le Conseil souligne toutefois qu’il reste encore du travail à faire sur deux fronts essentiels : l’allégement financier et un plan de redémarrage.

« Le financement prévu dans le budget de 2021 pour les tests de dépistage de la COVID-19 dans les aéroports du Canada est le bienvenu, mais pour s’assurer que les aéroports sont prêts lorsque la demande de retour du trafic passager se fera sentir, le gouvernement et l’industrie doivent également formuler un plan de redémarrage au cours des prochains mois », indique le CAC.

Indicateur