Apprendre une nouvelle langue en attendant d’aller la pratiquer à l’étranger ?

  • Autre
  •   26-01-2021  13:23
  •   Pax Global Media

Apprendre une nouvelle langue en attendant d’aller la pratiquer à l’étranger ?
Pax Global Media

Un sondage mené en décembre 2020 auprès de 750 Québécois par la firme Dynata pour le compte de Babbel révèle que « voyager à l’étranger » compte parmi les choses que les Québécois ont le plus envie de faire, après le confinement.

L’enquête démontre que s’ils n’avaient droit qu’à trois souhaits à pourvoir, les habitants de la province voudraient, en ordre d’importance :

  • Se rassembler avec leurs familles et leurs amis (58 %)
  • Voyager à l’étranger (41 %)
  • Fréquenter des bars et des restaurants (26 %)

Cuisiner, bouger, lire puis... apprendre une langue !

En attendant ce moment, comment les Québécois profitent-ils de leur temps libre à la maison ? Les activités les plus populaires du confinement sont de cuisiner (46 %), de pratiquer une activité physique (26 %) et de lire (25 %).

Babbel se réjouit toutefois de ce que l’apprentissage l’amélioration de la maîtrise d’une langue arrive en quatrième place des activités les plus populaires (23 %).

« Alors que les Québécois s'ennuient de voyager et de créer des liens avec les autres, ils adoptent de nouvelles activités en confinement qui leur permettent de se sentir connectés au monde […] ce qui pourra certainement leur permettre de mieux voyager à l'avenir », commente le chef de file des applications d’apprentissage de langues.

Babbel profite de l’occasion pour faire valoir qu’alors que les Québécois sont à la recherche de manières de garder le moral en pleine pandémie, la technologie et l’adoption de nouveaux passe-temps tels que l’apprentissage ou la consolidation d’une nouvelle langue peuvent être des recours privilégiés.

L’étude de Babbel tend aussi à démontrer que les activités entreprises en confinement seront continuées par les Québécois une fois le confinement terminé. Plus d’un quart (31 %) d’entre eux prévoient se servir de la nouvelle langue apprise en confinement. L’apprentissage d’une nouvelle langue est la deuxième activité ayant suscité le plus grand sentiment d’accomplissement chez les Québécois (51 %), après les rénovations de leur chez-soi (75 %).

Indicateur