Justin Trudeau cherche « un moyen équitable » de mettre fin au débat sur les crédits voyage


Justin Trudeau cherche « un moyen équitable » de mettre fin au débat sur les crédits voyage
Le premier ministre Justin Trudeau (CBC News).
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Ottawa « surveille la situation au jour le jour » en ce qui concerne son rôle d’aide à l’industrie aérienne canadienne en difficulté.

S'adressant aux journalistes vendredi 29 mai, le ministre des Transports Marc Garneau a déclaré qu'il avait « la responsabilité de s'assurer que lorsque cette pandémie sera terminée, nous aurons toujours une industrie du transport aérien ».

Le ministre répondait à la question si Ottawa interviendrait et aiderait Air Canada à traverser la crise de la COVID-19.

En raison de la taille et de la géographie du Canada, « nous attendons et avons besoin d'une industrie du transport aérien au Canada », a déclaré Marc Garneau, notant que le gouvernement attend de voir comment son programme de prêts d'urgence est utilisé avant d'envisager une aide financière pour des secteurs spécifiques.

Les réponses de Marc Garneau surviennent alors qu'une vague croissante de consommateurs réclame des remboursements pour les vols qui ont été annulés après qu'Ottawa ait mis en place une interdiction de voyage non essentiel pour arrêter la propagation de la COVID-19 en mars dernier.

Comme l’industrie du voyage le sait bien, des milliers de passagers ont reçu des bons valables 24 mois pour un voyage annulé (l’offre d’Air Canada a toutefois changé depuis pour inclure des bons sans date d’expiration).

LIRE PLUS - Air Canada : des bons de voyage transférables et sans date d'expiration

De nombreux consommateurs ont demandé au gouvernement fédéral de rendre obligatoire une disposition sectorielle pour les remboursements.

Une pétition de la Chambre des communes - l'une des trois pétitions de premier plan faisant le tour - a déjà recueilli plus de 30 000 signatures.

LIRE PLUS - Contre les crédits voyage : Option consommateurs lance une pétition à la Chambre des communes

Trudeau s'exprime

Parlant sur ce sujet pour la deuxième fois ce mois-ci, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que sa « priorité absolue était les Canadiens » et aider les personnes « qui ont besoin d'argent dans leurs poches » pendant la crise.

Cependant, le PM a reconnu la nécessité de soutenir également le secteur de l’aviation du Canada.

« Nous travaillons avec les Canadiens et les compagnies aériennes pour veiller à ce que les Canadiens soient aidés tout en veillant à ce que nous ayons une industrie du transport aérien après la fin de cette crise », a-t-il déclaré aux journalistes présents à la traditionnelle conférence de presse quotidienne de Rideau Cottage à Ottawa.

Justin Trudeau a déclaré qu'il travaillera avec les Canadiens et les compagnies aériennes pour « trouver un moyen équitable de le faire ».

« Je sais que les Canadiens, en même temps, veulent s'assurer que nous continuerons d'avoir une industrie du transport aérien après cette pandémie très difficile», a-t-il expliqué, qualifiant ce débat comme étant « une situation difficile, dans de nombreux cas ».

Un journaliste lui a demandé si il considérait les billets d'avion comme des « produits de luxe » et, par conséquent, les Canadiens ne méritent pas d'être remboursés.

« Eh bien non, je comprends que les Canadiens ont dû économiser pendant un certain temps pour acheter ces billets d'avion », a-t-il répondu. « Nous travaillerons avec l'industrie pour voir ce que font les autres compagnies aériennes dans le monde. Nous aurons plus à dire à ce sujet dans les semaines à venir ». 

Des changements à la frontière canado-américaine ?

Vendredi également, Justin Trudeau a fait allusion à un possible changement des restrictions frontalières entre le Canada et les États-Unis qui interdisent les voyages non essentiels entre les deux pays jusqu'au 21 juin (une date limite qui pourrait être prolongée).

LIRE PLUS : La fermeture de la frontière canado-américaine prolongée de 30 jours

Le premier ministre a reconnu que de nombreuses familles placées de part et d'autre du Canada et des États-Unis étaient divisées en raison des restrictions frontalières.

Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement pourrait envisager un « léger changement » dans les règles aux fins du regroupement familial.

Cependant, rien ne changera tant que la question ne sera pas discutée avec les premiers ministres du Canada, a-t-il déclaré.

« Les frontières sont un problème qui préoccupe profondément toutes les provinces », a déclaré Justin Trudeau, soulignant que certains premiers ministres, pour des raisons de compassion, sont disposés à modifier le flux du trafic transfrontalier tandis que d'autres ont encore des préoccupations.

Justin Trudeau a précisé que les restrictions frontalières actuelles resteront inchangées jusqu'au 21 juin au moins.

Indicateur