La 1re phase d’assouplissement selon l'AAVQ : «un pas dans la bonne direction, mais…»


La 1re phase d’assouplissement selon l'AAVQ : «un pas dans la bonne direction, mais…»
Le président de l’AAVQ, Moscou Côté.

Selon le président de l’AAVQ, Moscou Côté, la première phase de la démarche d’assouplissement des mesures frontalières annoncées hier (21 juin) par le gouvernement fédéral représente un pas dans la bonne direction – « mais plusieurs petits éléments nous chatouillent un peu », nuance-t-il.

LIRE PLUS – Frontières : Ottawa présente les changements qui entreront en vigueur le 5 juillet 

Il évoque d’emblée la problématique des enfants de moins de douze ans non vaccinés, celle des gens qui ont guéri de la COVID et qui n’ont eu à recevoir qu’une dose du vaccin, le flou entourant la preuve de vaccination…

Cependant, Moscou Côté est prêt à laisser la chance au coureur.

« Le gouvernement a encore quelques semaines devant lui pour finaliser ses mesures et le ministre a bien dit qu’il s’ajusterait au besoin. Somme toute, nous considérons donc l’annonce d’hier comme un pas dans la bonne direction », dit-il.

Le président de l’AAVQ croit aussi que la première phase de la démarche d’assouplissement des mesures frontalières annoncées favorisera – un peu – les ventes en agence.

« Chez nous, on sentait déjà de l’intérêt pour les départs à partir d’octobre-novembre avant l’annonce. Mais on en sentait très peu pour des départs en août, par exemple. Dès l’annonce d’hier, on a constaté de l’intérêt pour les départs d’août et septembre. »

Moscou Côté relativise néanmoins :

« Les gens entièrement vaccinés ne représentent encore qu’une faible proportion de la population. De plus, plusieurs d’entre eux font partie de groupes qui voyagent moins en raison de leur âge ou de leur état de santé. »

Autrement dit, si le signal est positif, les agences ne peuvent pas espérer une forte reprise sur la seule base des assouplissements de la première phase annoncés hier.

Moscou Côté s’encourage toutefois en se disant que les mesures annoncées sont susceptibles de favoriser la vaccination.

LIRE PLUS – Des lignes séparées aux aéroports pour les passagers vaccinés et non vaccinés  

On a besoin d’un plan

Cela dit, à l’instar de plusieurs autres organisations du tourisme-voyage, l’AAVQ s’impatiente de ce que le gouvernement fédéral présente un plan de réouverture.

« On aimerait que le gouvernement dise, par exemple, "quand telle proportion de Canadiens sera vaccinée, on rouvrira la frontière aux voyageurs étrangers" », illustre-t-il.

Cette question n’est pas si cruciale pour ce qui est des vols vers le sud (puisque les Canadiens remplissent l’essentiel des sièges tant à l’aller qu’on retour). Par contre, elle se pose d’une manière plus importante pour les vols entre le Canada ou l’Europe, les compagnies comptant sur des voyageurs de part et autre pour remplir les avions.

« C’est sans compter que ça fait mal paraître le Canada et que ça nuit grandement aux entreprises touristiques québécoises et canadiennes qui comptent sur les touristes européens », conclut Moscou Côté.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur