La professionnalisation de l’industrie vous tient à cœur ? Engagez-vous !


La professionnalisation de l’industrie vous tient à cœur ? Engagez-vous !
Nouvellement vice-président de l’AAVQ, Éric Boissonneault s’est donné pour mission de rehausser le niveau général de professionnalisme de l’industrie.
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Parmi les agents de voyages québécois, plusieurs font honneur à la profession en raison, justement, de leur professionnalisme. Mais trop d’autres ont l’effet contraire à cause de leurs lacunes à ce chapitre...

Nouvellement vice-président de l’AAVQ, Éric Boissonneault s’est donné pour mission de rehausser le niveau général de professionnalisme de l’industrie. C’est dans cette optique qu’il préside le nouveau Comité de professionnalisation de l’AAVQ. Le propriétaire de Voyages Performa souhaite y rassembler tous ceux à qui la professionnalisation de l’industrie tient à cœur !

« Quand le président de l’AAVQ, Moscou Côté m’a invité à m’impliquer dans l’Association, je lui ai bien fait comprendre que si j’acceptais, c’était avec la ferme intention de faire bouger certaines choses qui me tiennent à cœur – à commencer par la professionnalisation. Moscou m’a tout de suite appuyé et encouragé », témoigne Éric Boissonneault, en entrevue avec PAX.

« Vos idées sont bienvenues ! »

Au sein du nouveau Comité, Éric Boissonneault est épaulé par Catherine Fortier, directrice générale du Collège April-Fortier et membre du c.a. de l'AAVQ.

« Nous avons déjà plein d’idées, mais nous ne prétendons pas détenir LA vérité, dit Éric Boissonneault. Nous sommes donc impatients d’entendre les idées et les opinions d’autres membres de l’industrie et d’accueillir leurs suggestions ! »

Par exemple, la création d’un ordre professionnel – souhaitée depuis longtemps par plusieurs – pourrait faire partie des options analysées par le Comité de professionnalisation de l’AAVQ. Éric Boissonneault admet que l’établissement d’un tel ordre représenterait un travail de longue haleine, semé d’embûches légales. Mais il ne faut pas l’exclure pour autant, dit-il.

LIRE PLUS - Moscou Côté, président de l’AAVQ : pas de virage à 180 degrés !

Autre option qui a aussi de bonnes chances de figurer au menu : l’imposition d’un examen d’accès à la profession plus étoffé et plus exigeant que l’actuel examen de l’OPC. Car professionnalisation rime avec formation, selon Éric Boissonneault. Un tel examen pourrait entraîner une certaine épuration au sein de la profession, reconnaît le VP de l’AAVQ.

L’instauration d’un système d'ombudsman pour gérer les interventions des agents pourrait aussi faire partie des avenues originales étudiées par le Comité.

Ouvert à tous les pros

S’il croit que la professionnalisation implique qu’on se voue au métier sérieusement et pour les bonnes raisons, Éric Boissonneault estime que la question n’a strictement rien à voir avec le débat qui oppose agents internes et agents externes. Selon lui, il y a du meilleur et du pire dans les deux camps.

« D’ailleurs, le Comité est ouvert autant aux agents interne qu’externes, pourvu que le professionnalisme leur tienne à coeur », précise le président de l’agence de Boucherville, en rappelant qu’il a lui-même longtemps été agent externe.

Éric Boissonneault aspire à ce que son Comité parvienne rapidement à des résultats, de façon à pouvoir livrer ses recommandations au c.a. de l’AAVQ dans un horizon d’un an.

Vous souhaitez contribuer au Comité de professionnalisation de l’AAVQ ? Contactez Éric Boissonneault, à AAVQComite@gmail.com

Indicateur