Josée Kaigle (Voyages Optimistes) : heureuse d’avoir rouvert son agence !


Josée Kaigle (Voyages Optimistes) : heureuse d’avoir rouvert son agence !
Josée Kaigle entourée de l'équipe de voyages Optimiste. (Photo publiée sur Facebook le 27 mai.)

Les agences de voyages peuvent rouvrir physiquement depuis le 15 juin. Si toutes les agences n’entendent pas rouvrir immédiatement, toutes n’ont pas non plus attendu cette date pour rouvrir.

PAX s’est entretenu avec Josée Kaigle, présidente de l’agence Voyages Optimistes de Montréal, qui a repris ses activités il y a quelques semaines déjà.

LIRE PLUS : Les agences pourront rouvrir dès lundi !

Les membres de la page Facebook du Groupe des professionnels du voyage savent que la réouverture de Voyages Optimistes n’a pas été de tout repos.

« Partager du positif »

Le 27 mai, disant avoir le goût de « partager du positif », Josée Kaigle annonçait aux membres du groupe privé avoir réembauché tous ses employés et repris du service – sans toutefois recevoir de clients et en maintenant la distanciation sociale. Mme Kaigle précisait aussi ne vendre « que des produits 100 % remboursables ».

« Il y a un après-COVID et, pour nous, c’est le début », se réjouissait-elle.

L’annonce de la présidente de Voyages Optimistes a généré quelques dizaines de commentaires – la majorité favorables...

« Déçue et écoeurée »

Le lendemain, l’enthousiasme de Josée Kaigle avait cependant cédé le pas au désenchantement. En effet, après avoir fait l’objet d’une plainte, son agence a eu droit à une inspection impromptue de la CNESST.

Voyages Optimistes a passé le test haut la main. La CNESST a même félicité l’agence pour son « excellent travail de prévention » et lui a souhaité « bonne chance pour la réouverture et pour l’avenir ».

Néanmoins, l’exercice a laissé un goût amer à la propriétaire qui soupçonnait que la plainte provenait d’un membre de l’industrie.

« Tellement déçue, mais surtout écœurée », lançait-elle, avec dépit.

Josée Kaigle, présidente de Voyages Optimistes.


Somme toute contente

En entrevue avec PAX, Josée Kaigle semblait toutefois avoir retrouvé sa sérénité.

« Somme toute, je suis très contente d’avoir rouvert mon agence. La situation insécurisait mes employés; ils sont heureux de se retrouver et de ne plus être en télétravail. Et je suis aussi très contente d’envoyer à nos clients le signal que nous sommes au poste; que nous demeurons positifs, dynamiques et proactifs. »

Il importe toutefois de préciser que Voyages Optimistes ne reçoit toujours pas ses clients à l’agence.

« Et nous n’en recevrons probablement pas de l’été. Ne serait-ce que pour protéger le personnel... De toute façon, notre clientèle n’en est pas vraiment une de walk-in. Et on peut tout faire sans que le client ne se présente à l’agence, que ce soit par téléphone ou par courriel. »

LIRE PLUS - L'agent en vedette : Josée Kaigle

« Ce ne sont pas des enfants ! »

Mais quel est le quotidien d’une agence comme Voyages Optimistes à l’heure actuelle ? Comment vendre alors que les frontières demeurent fermées, que les voyageurs ne peuvent s’assurer contre la COVID, qu’une quarantaine de 14 jours est obligatoire au retour, etc. ?

« Beaucoup de fournisseurs proposent des produits offrant une grande flexibilité, que ce soit en ce qui concerne le paiement final ou en permettant, moyennant 29 $ ou 59 $, d’annuler le voyage et de récupérer le dépôt peu avant le départ. Ça marche très bien pour nous. Par exemple, en deux semaines, nous avons fait quatre groupes pour Hawaï en novembre : 150 personnes ! J’ai aussi vendu du Cuba, du Las Vegas… »

Josée Kaigle tient à préciser qu’elle présente un portrait réaliste de la situation à ses clients.

« Je les préviens que, pour que le voyage ait lieu, il faudra qu’au moment du paiement final, les frontières soient ouvertes; qu’on n’impose plus la quarantaine; qu’il n’y ait plus de mises en garde gouvernementales... Il faut aussi être très clairs sur le fait qu’actuellement, aucune assurance ne couvre la COVID. »

Ensuite, la décision revient au client, dit-elle.

« C’est à eux, pas à nous, de juger si leur condition médicale leur permet ou non de voyager. Nous, on les avise de tout ce dont il faut les aviser. Puis ils prennent leur décision eux-mêmes. Ce ne sont pas des enfants ! »

« Les gens ont envie de voyager ! »

Josée Kaigle constate avec plaisir que la pandémie n’a pas enlevé le goût de voyager à ses clients.

« Les gens ont envie de voyager ! Plusieurs sont prêts à payer les 29 $ ou 59 $ pour rêver à leur prochain voyage. Quand j’entends des agents dire que "personne ne veut voyager", ça m’énerve ! Il me semble que les agents devraient être positifs, plutôt que de brailler. Il faut avoir une bonne attitude pour vendre. Si tu es négatif, c’est clair que tu ne vendras pas ! »

En fait, en se positionnant parmi les premières agences à rouvrir, Josée Kaigle croit même pouvoir développer sa clientèle.

« Nous diffusion beaucoup d’information aux gens qui figurent dans notre base de données. Je ne cesse de recevoir des messages de gens qui me disent "je n’ai encore jamais voyagé avec vous, mais j’aime l’attitude de votre agence, et je veux voyager avec vous la prochaine fois". »

Et de conclure :

« Je me permets d’y croire ! »

Indicateur