Frais de permis d’agence suspendus : l’ACTA est heureuse, mais a d’autres demandes

  • Agence
  •   04-02-2021  11:55
  •   Pax Global Media

Frais de permis d’agence suspendus : l’ACTA est heureuse, mais a d’autres demandes
Wendy Paradis, présidente de l'ACTA.
Pax Global Media

Par voie de communiqué, l’ACTA se dit très heureuse d'apprendre que le gouvernement provincial du Québec a annoncé qu'il renonçait aux frais de permis de l'OPC du 31 mars 2021 au 28 février 2022.

LIRE PLUS – Nouvelles restrictions : si Ottawa aide les transporteurs, il faut qu’il aide aussi les agences, plaide l’ACTA 

L'ACTA souligne être l'une des nombreuses organisations qui réclamaient cette aide pour les agences de voyages depuis longtemps.

« Sans assistance, de nombreuses agences de voyages ne survivront pas aux mesures de confinement et aux restrictions gouvernementales actuelles sur les voyages », déclare Wendy Paradis, présidente de l'ACTA.

Alors que l’OPC « perçoit des centaines de milliers de dollars par année auprès des agences de voyages du Québec », l’ACTA indique avoir demandé à plusieurs reprises au gouvernement du Québec « d'accorder un allègement financier et de renoncer à tous les frais de permis de l'OPC ».

Autres demandes

L'ACTA demande également à l'OPC et au gouvernement du Québec d'examiner d'autres options pour réduire le fardeau financier des agences de voyages, notamment :

  • réduire le montant du cautionnement et la durée à 5 ans. 
  • le remplacement des missions d'examen coûteuses par une déclaration de vérification pour les agences de voyages dont le chiffre d'affaires brut est inférieur à 2 M$, ce qui permettrait d'aligner le Québec sur les mesures de l'Ontario.

L’ACTA encourage également le gouvernement du Québec à s’assurer que les agences de voyages ne se retrouveront pas confrontées à un mur et qu’elles pourront présenter une demande en vertu du programme d’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM).

Ce programme de financement est conçu pour aider les entreprises qui ont dû interrompre partiellement ou complètement leurs activités en vertu d’un mandat d’une autorité de santé publique.

 « Alors que les gouvernements ne cessent de répéter qu’on ne doit pas voyager, des agences de voyages et des conseillers en voyages ont effectivement "fermé leurs portes" depuis mars 2020, de sorte qu’ils doivent être admissibles à ce programme », conclut l’ACTA

Indicateur