Vendredi,  22 octobre 2021  8:57

Énoncé économique : de nombreux gains pour les agences de voyages, selon l’ACTA


Énoncé économique : de nombreux gains pour les agences de voyages, selon l’ACTA
André Desmarais (président du conseil de l’ACTA au Québec et vice-président de l’ACTA), Wendy Paradis (présidente de l’ACTA) et Manon Martel (directrice régionale de l’ACTA au Québec).

Selon l’ACTA, l'Énoncé économique présenté lundi (30 novembre) par la ministre des Finances, Chrystia Freeland, comporte de nombreux gains pour les agences de voyages – plusieurs de ces gains correspondant à leurs demandes au gouvernement fédéral.

LIRE PLUS – Énoncé économique : de nouvelles mesures pour les industries les plus touchées 

SSUC et SUCL

À cet égard, l’ACTA mentionne d’abord l’augmentation de la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) à 75 % du 20 décembre jusqu’au 13 mars 2021.

« Cette augmentation représente définitivement un pas dans la bonne direction pour les agences de voyages et les agents de voyages qui bénéficient présentement du Programme de subventions salariales ou qui pourront en profiter au moment où les activités de leur entreprise reprendront de manière plus vigoureuse. »

L’ACTA évoque aussi l’intention du gouvernement de prolonger le programme de la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer (SUCL) au taux de base actuel de 65 % jusqu’au 13 mars 2021.

« Cette mesure d’aide est très importante, puisque plus de 70 % des agences de voyages n’ont pas été en mesure de se prévaloir du programme original de subvention pour le loyer. »

L’ACTA relève aussi que le gouvernement entend défrayer jusqu’à 90 % du loyer dans le cas des entreprises qui ont dû fermer leurs portes en raison des directives de santé publique. L’Association n’en continuera pas moins d’exercer des pressions afin que les agences de voyages soient admissibles à un montant plus élevé.

Le PCSTT, mieux que le PCE

Par ailleurs, l’ACTA accueille positivement le fait que le gouvernement entende collaborer avec les institutions financières afin de créer le Programme de crédit pour les secteurs très touchés (PCSTT).

En vertu de ce programme, le gouvernement offrira un financement garanti à 100 % aux entreprises durement touchées, dont les agences de voyages, en versant des prêts à faibles taux d'intérêt pouvant aller jusqu’à 1 M$ sur de longues durées qui pourraient atteindre 10 ans à des taux inférieurs à ceux offerts en vertu du Programme de crédit aux entreprises (PCE).

L’ACTA rappelle que la grande majorité des agences de voyages canadiennes qui ont présenté une demande de prêt en vertu du PCE ont essuyé un refus, parce que l’on considérait que leur secteur d'activités était trop à risque. De concert avec des dirigeants d'agences et ceux d’autres industries durement touchées, l’ACTA avait exercé de nombreuses pressions auprès du gouvernement pour qu’il corrige cette situation.

LIRE PLUS – Le lobbyisme des agences de voyages porte fruit, soutient l’ACTA  

CUEC

D’autre part, l’ACTA applaudit le fait que le programme du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) sera bientôt étendu, permettant ainsi d’accéder à un prêt sans intérêts additionnels de 20 000 $, dont la moitié de cette somme additionnelle se transformera en subvention, pourvu qu’on le rembourse au plus tard le 31 décembre 2022.

« Le CUEC a été un programme grandement apprécié par plusieurs des agences de voyages de moindre envergure et entrepreneurs indépendants, de sorte qu’on accueille favorablement cette augmentation du montant assorti d’une partie non remboursable », commente l’ACTA.

Déception pour les agents de voyages et entrepreneurs indépendants

Par contre, l’Association se montre un peu déçue du fait que le gouvernement n’ait pas encore précisé s’il allait prolonger la Prestation canadienne de la relance économique (PCRÉ) jusqu’en juin 2021.

« On avait cependant déjà prolongé la PCRÉ jusqu’à la fin de mars et il nous reste du temps pour exercer des pressions actives afin qu’on la prolonge jusqu’en juin pour les milliers d'agents de voyages et d’agents indépendants dont le revenu dépend de ce programme », déclare Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.

Gare aux rappels de commission !

Mme Paradis commente aussi à propos du fait que l’Énoncé économique ne comportait pas de détails additionnels sur l’aide destinée aux compagnies aériennes, autres que ce que le gouvernement a déjà indiqué.

LIRE PLUS – Énoncé économique : les principaux transporteurs aériens réagissent tièdement 

« L'ACTA comprend que les discussions se poursuivent entre les compagnies aériennes et le gouvernement au sujet de cette aide financière très importante », dit-elle, en prévenant que l’ACTA continuera de plaider pour qu’on tienne compte du rappel des commissions aux agents si, comme annoncé, l’aide aux compagnies aériennes est conditionnelle au remboursement des consommateurs dont le vol a été annulé.

Prochaines étapes

L’ACTA indique qu’au cours des prochains jours, elle s’entretiendra avec ses contacts au gouvernement « pour faire davantage la lumière sur ces programmes et sur le lien qu’ils présentent avec le plan en 6 points de l'ACTA, ainsi que sur les recommandations proposées en matière d’aide spécifique au secteur et en ce qui concerne une approche sur mesure jusqu’en 2021 pour sauver les agences de voyages et les agents indépendants des faillites dévastatrices et généralisée ».

Indicateur