Deux membres en vue de l’industrie au petit écran !


Deux membres en vue de l’industrie au petit écran !

Deux membres en vue de l’industrie ont fait des passages remarqués au petit écran, hier (10 décembre).

Les agences pourront servir leurs clients lors de la reprise

Sur les ondes de LCN, le vice-président de l’AAVQ, Éric Boissonneault, a parlé de l’aide accordée aux agences expéditives dans le cadre du programme PACTE – volet Tourisme.

LIRE PLUS – Les agences pourront bénéficier du volet Tourisme du PACTE : « une bouffée d’air frais, enfin ! » 

« Plusieurs agents de voyages nous écrivaient depuis les dernières semaines, et même les derniers mois, en disant "qu’est-ce qui arrive avec nous? Est-ce que le gouvernement va nous venir en aide ? Les agents de voyages sont dans les limbes" », a indiqué l’animateur, Jean-François Guérin, avant d’annoncer que les agents ont eu « de très bonnes nouvelles » et de céder la parole à M. Boissonneault.

Sans se perdre dans les détails, le VP de l’AAVQ se réjouit de ce que les agents aient enfin accès à un programme de prêts-pardons, après s’être sentis oubliés par les gouvernements, parce qu’ils n’entraient dans aucune catégorie des programmes existants.

Même si elles ne fonctionnent qu’à 5 ou 7 % de leur normale, explique-t-il, les agences étaient pénalisées par le fait que le gouvernement provincial leur permet de demeurer ouvertes, techniquement, tandis que le gouvernement fédéral décourage fortement les voyages non essentiels.

LIRE PLUS – Le ministre Fitzgibbon s’engage (presque) à aider les agences de voyages

Grâce à l’aide annoncé, les agents pourront donc continuer de mettre leur expertise à la disposition de leurs clients, lors de la reprise, alors que de nombreuses questions se poseront sur la nouvelle réalité des voyages, notamment en ce qui concerne les vaccins et les conditions sanitaires à destination, explique en substance Éric Boissonneault.

En réponse à une question de l’animateur, le propriétaire de Voyages Performa a indiqué ne pas entrevoir de véritable retour à la normale avant, peut-être, septembre prochain.

Jean-François Guérin et Éric Boissonneault.


Irresponsable de voyager ? L’autre côté de la médaille

Pour sa part, la propriétaire de Voyages Optimistes, Josée Kaigle, a de nouveau été interviewée par Denis Lévesque dans un segment de son émission portant sur « les Québécois qui voyagent pendant la pandémie ».

LIRE PLUS – Les voyages actuellement : une conseillère témoigne à Denis Lévesque? 

Avant de donner la parole à Mme Kaigle, le populaire animateur a fait entendre un médecin qui juge que de voyager maintenant est « un geste de désobéissance civile » irresponsable et un manque flagrant de solidarité.

La conseillère, qui a voyagé à trois reprises ces derniers mois, ne s’est pas laissé démonter.

Disant comprendre les préoccupations du médecin, Josée Kaigle a souligné que « la façon de voyager a vraiment changé » par rapport au début de la pandémie, ce qui les voyages plus sûrs que les rassemblements clandestins dans des maisons privées, à ses yeux.

Pour appuyer son propos, Josée Kaigle a parlé des nombreuses précautions sanitaires prises, désormais, à chaque étape d’un voyage. Elle a souligné que la moindre densité de voyageurs a pour effet de favoriser la distanciation sociale. Elle a aussi évoqué la quarantaine toujours exigée à l’arrivée au Canada…

« C’est important : on doit respecter les consignes », a insisté Josée Kaigle.

La propriétaire de Voyages Optimistes a aussi soutenu que la décision de voyager ou non revient à chacun personnellement, ajoutant que, pour certains, voyager peut être « une soupape » les mettant à l’abri de la dépression, voire d’idées suicidaires.

Interrogée par l’animateur à propos de la supposée « ruée vers les agences de voyages » qu’aurait provoqué l’interdiction des rassemblements, Josée Kaigle a remis les choses en contexte.

LIRE PLUS – Selon des reportages, "les Québécois se ruent sur les voyages au soleil…" Mais est-ce vraiment le cas? 

« C’est sûr que si le téléphone n’a pas sonné depuis neuf mois et que, dans une même journée, on reçoit six appels, ça fait 600 % plus de demandes. Ça fait plaisir, mais ce n’est pas vraiment une ruée », a-t-elle relativisé.

Denis Lévesque et Josée Kaigle.


Indicateur