Considérant la «survie» des agences assurée, l’AAVQ prépare maintenant leur «relance»


Considérant la «survie» des agences assurée, l’AAVQ prépare maintenant leur «relance»
Moscou Côté, président de l'AAVQ.

L’AAVQ estime que l’obtention du PACTE-Tourisme pour les agences de voyages suffit à assurer leur «survie» et que l’heure est maintenant venue de se consacrer à leur «relance». PAX en parle avec le président de l’Association, Moscou Côté.

LIRE PLUS – Quelque 153 agences ont demandé le PACTE - Tourisme: qu’attendent les autres?

Lors de la dernière conférence en ligne de l’AAVQ, le président Moscou Côté avait d’entrée de jeu prévenu ses membres que le programme PACTE – volet Tourisme serait vraisemblablement la seule forme d’aide spécifique que le domaine du voyage obtiendrait de la part du gouvernement du Québec.

Cette information, qui émanait du ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon, a par la suite été réitérée à l’AAVQ par la nouvelle ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours (qui a pour mandat de s’occuper des PME).

La ministre Lecours considère en effet que l’octroi du PACTE – Tourisme aux agences expéditives, combiné aux autres soutiens disponibles, devrait suffire à assurer leur survie jusqu’à la reprise des affaires.

On pourrait croire que l’AAVQ est contrariée par cette position... Au contraire : l’Association partage le point de vue de la ministre déléguée à l’Économie.

« En effet, nous croyons que, dans l’état actuel des choses, l’obtention du PACTE-Tourisme assure pas mal la survie des agences pour les dix-huit prochains mois », indique Moscou Côté.

Toutefois, la position de l’AAVQ n’est pas coulée dans le béton et elle évoluera « si la situation se détériore ».

« Si dans six mois, les restrictions aux voyages n’ont pas été assouplies et qu’on envoie encore les voyageurs dans des hôtels-prisons, il faudra sans doute se rassoir avec le gouvernement », illustre-t-il.

Mais entre-temps, plutôt que de concentrer ses efforts sur la survie des agences, l’AAVQ entend donc se consacrer à leur relance.

Ça tombe bien, car ça correspond justement aux priorités actuelles du gouvernement du Québec. C’est même stratégique, puisque le gouvernement est ouvert aux projets stimulant la relance de l’économie.

« Puisque l’intérêt politique, actuellement, est pour les solutions qui favoriseront la reprise de l’économie, tous secteurs confondus, nous cherchons de telles solutions pour le secteur du voyage », explique Moscou Côté.

Sondage pour la relance des agences

Pour étayer sa recherche de mesures concrètes pour stimuler la relance économique des agences de voyages, l’AAVQ demande la contribution de ses membres.

C’est dans cette optique que l’AAVQ invite ses membres à prendre quelques minutes pour participer à un court sondage (4 questions) : https://is.gd/KudgGW

La dernière question du sondage est une question ouverte : « Avez-vous d'autres suggestions pour la relance ? »

Pour aiguiller les membres, Moscou Côté donne un exemple de ce dont il pourrait s’agir. La suggestion provient d’un membre, précise-t-il.

« À la reprise, un certain réapprentissage sera sans doute nécessaire pour que les employés redeviennent efficaces, après avoir été mis à pied temporairement durant de nombreux mois. D’autant plus que, pendant ce temps, beaucoup de choses auront changé du côté des fournisseurs quant aux conditions de réservation, d’annulation, d’utilisation des crédits, etc. Le gouvernement pourrait appuyer ce processus de mise à jour », illustre M. Côté.

Autre exemple de mesure envisageable : compte tenu des longs délais qui séparent la vente d’un voyage et le versement de la commission, beaucoup d’agences trouveront difficile de payer leurs employés les premiers mois… Une aide gouvernementale pourrait les inciter à accélérer leur retour au travail, ce qui contribuerait à stimuler l’économie.

Les réponses au sondage sont acceptées jusqu’au mardi 6 avril, à 17 h.

Protection des commissions

Moscou Côté souligne que si l’AAVQ entend maintenant se consacrer aux projets pour la relance plutôt qu’à la survie des agences, elle n’entend pas moins continuer à suivre de près d’autres dossiers cruciaux –notamment celui de la protection de la commission des agents de voyages.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur