Mercredi,  19 janvier 2022  3:58

Après son congrès au Club Med Québec Charlevoix, VED poursuit sa conquête de nouveaux sommets


Après son congrès au Club Med Québec Charlevoix, VED poursuit sa conquête de nouveaux sommets
Richard Villeneuve et Anick Dupuis.

Il n’y avait pas beaucoup de lumière au bout du tunnel pandémique quand Voyages en Direct a eu cette idée un peu folle de tenir son congrès 2021 au Club Med Québec Charlevoix.

Mais justement : ce que voulait VED, c’était de sortir du tunnel pour conquérir « de nouveaux sommets » avec ses membres.

Le succès de l’événement – qui a rassemblé dans le bonheur plus de 400 membres et partenaires du 25 au 28 novembre – ouvre de belles perspectives pour le regroupement.

LIRE PLUS – Congrès 2021 au Club Med Québec Charlevoix : VED et ses membres vers de nouveaux sommets 


[Vidéo de Go-Xplore]

Occuper le terrain

Voyages en Direct compte désormais 105 agences. Si seulement deux agences ont cessé leurs activités et qu’une douzaine ont fusionné durant la pandémie, ce qui frappe l’imagination, c’est surtout l’arrivée de 23 nouvelles agences.

Comment Richard Villeneuve (président de VED) et Anick Dupuis (vice-présidente) expliquent-ils cette croissance ?

S’ils admettent que la mauvaise fortune de CWT a pu jouer en leur faveur, ils croient néanmoins que la réponse est ailleurs.

« Dès le début de la pandémie, nous avons été très présents. Nous avons en quelque sorte occupé le terrain. Nous avons maintenu notre équipe en place et avons pu ainsi continuer à bien servir nos membres. Ça s’est su », avance Richard Villeneuve – en saluant aussi le travail de Johan Marjanek (directeur au développement des affaires).

Quoi qu’il en soit, si VED se réjouit évidemment de l’accroissement du nombre d’agences membres, ce n’est pas ce qui compte le plus à ses yeux. « L’importance relative de chaque agence compte bien plus », affirme Anick Dupuis.

Elle explique que, quand il s’agit de négocier avec des fournisseurs par exemple, c’est moins le nombre d’agences que le volume d’affaires généré par les agences qui compte. « Alors, plus nos agences s’épanouissent, plus les volumes augmentent et plus on a de force de négociation ! »


Benoît Schmautz, Anick Dupuis et Richard Villeneuve.


Être les premiers à récupérer leurs pertes

« Donc, notre priorité, actuellement, c’est que chacune de nos agences progresse comme elle le mérite pour récupérer ses pertes, poursuit Anick Dupuis. C’est là-dessus que porte l’essentiel de nos efforts. Nous voulons donner aux agences qui nous font déjà confiance le maximum de soutien, d’outils, de formation, pour qu’elles soient les premières à récupérer leurs pertes. »

Tous les outils technologiques présentés par Richard Villeneuve et Benoît Schmautz (directeur du marketing et des communications) lors de leur présentation sur les nouveautés marketing ont été conçus à cette fin.

Avec des outils comme le site « Mon voyage, mon agence », VED cherche notamment à attirer de nouveaux clients à ses membres en rehaussant la visibilité et la notoriété de chacun par l’entremise de publications personnalisées facilement partageables sur les réseaux sociaux ou via infolettre.


Benoît Schmautz et Richard Villeneuve.


Un sceau de qualité VED

Par ailleurs, tout en outillant ses membres pour qu’ils brillent individuellement aux yeux de leurs clients et des autres voyageurs, VED aimerait, parallèlement, accroître sa propre notoriété en tant que réseau.

Déjà, lors du congrès en 2019 au Club Med de Punta Cana, VED évoquait cette volonté de se repositionner et de mettre de l’avant une nouvelle image. Il importe toutefois de préciser que cette volonté ne remet aucunement en question le principe voulant que chaque membre conserve son identité corporative.

« Chacune de nos agences a son modèle d’affaires, son image, son logo, chacune s’implique à sa façon dans sa communauté. C’est important pour nous. Ça fait partie de nos valeurs. Et ça tombe bien, car les gens veulent plus que jamais acheter local et encourager un commerçant local ! Dès lors, tout ce que nous développons doit pouvoir être adaptable à tous les modèles d’affaires qui cohabitent chez nous », explique Anick Dupuis.

Richard Villeneuve révèle que VED envisage une « sorte de sceau de qualité », un fil conducteur reflétant ce qui unit ses membres : leurs valeurs, le pouvoir d’achat du réseau, la qualité de sa formation et de ses outils technologiques, etc.

« On cherche la meilleure formule pour que le public comprenne intuitivement qu’il fait affaire avec un expert – parce que son agent est membre de VED. On veut que le client sache également que son agent-expert est aussi un spécialiste des croisières ou d’un autre domaine », illustre Anick Dupuis.

Mais si la réflexion est bien amorcée, rien n’est arrêté, précise Richard Villeneuve, en laissant entendre qu’on devrait en savoir plus d’ici de 3 à 6 mois.



Et le variant Omicron ?

À plus court terme, VED suit évidemment de très près les développements liés à l’apparition du variant Omicron.

« Pour l’instant, on ne peut pas faire grand-chose de plus. Mais en attendant d’en savoir plus, on tâche de rester confiant. S’il faut s’adapter, on s’adaptera. Nous avons démontré que nous savons être flexibles » indique Richard Villeneuve.


« Quoi qu’il arrive, on prendra soin de notre monde ! » conclut Anick Dupuis.

 




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur