Aide aux agences : l’AAVQ persévère et demande 2,2 millions $ !


Aide aux agences : l’AAVQ persévère et demande 2,2 millions $ !
Éric Boissonneault, vice-président de l’AAVQ.

Même si le gouvernement du Québec a dit non à la demande d’aide sectorielle aux agences de voyages de l’Association des Agents de Voyages du Québec, le dialogue entre les deux parties se poursuit.

LIRE PLUS – Demande d’une aide sectorielle pour les agences : Québec dit non !

Ainsi, à l’invitation de Québec, l’Association a chiffré le soutien minimal qui serait souhaitable, selon elle, pour aider les quelque 800 agences de la province à assumer leurs frais fixes pour la période de novembre 2020 à mars 2021. 

En tenant compte du coût des loyers commerciaux et des frais fixes moyens par agence, l’AAVQ a calculé qu’une aide mensuelle de 445 833 $ serait adéquate, soit un total de 2,23 millions $ pour l’ensemble des cinq mois.

Apparemment, au gouvernement, on ne trouve pas ce montant exorbitant, croit Éric Boissonneault, vice-président de l’AAVQ.

« Nos chiffres ont produit leur effet ! » s’encourage-t-il.

Maintenir la pression

Éric Boissonneault n’en croit pas moins qu’il faut maintenir la pression sur le gouvernement du Québec. 

Rappelons d'ailleurs que l'AAVQ a invité ses membres à contribuer à la pression (en contactant leur député), à l’occasion de sa réunion participative et informative, le 8 octobre dernier.

LIRE PLUS – Refus d’une aide sectorielle aux agences : c’est l’heure que tout le monde mette l’épaule à la roue !

Pour sa part, l’Association profite de toutes les tribunes pour mettre le gouvernement face à ses contradictions.

Par exemple, alors que le gouvernement a indiqué ne pas vouloir aider le commerce de détail en général (ni les agences de voyages en particulier), l’AAVQ fait valoir qu’il a déjà commis des entorses à cette règle.

« Comment le gouvernement pourrait-il justifier qu’il ne dispose pas de 2,2 M$ pour les agences de voyages, alors qu’il vient de trouver 3 M$ pour les studios de danse ? » illustre Éric Boissonneault.

Le VP de l’AAVQ poursuit :

« Par ailleurs, comment le gouvernement provincial peut-il affirmer n’avoir rien à voir avec la situation des agences de voyages; comment peut-il dire que c’est exclusivement la faute du gouvernement fédéral, et ce, alors que le 27 octobre dernier, le premier ministre Legault a lui-même demandé formellement à Ottawa de garder les frontières fermées ? »

Le VP de l’AAVQ évoque aussi l’aide généreuse accordée par le gouvernement aux douze équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec

« Comment justifier une aide qui ne profitera qu’à environ 20 salariés par équipe, alors qu’on laisse à eux-mêmes les employés des agences de voyages au Québec, qui sont pourtant beaucoup plus nombreux ? »

Demandes raisonnables

Le vice-président de l’AAVQ insiste : les demandes des agences au gouvernement du Québec n’ont rien d’excessif.

« Ce n’est pas grand-chose, 2,2 millions $ pour cinq mois. En partant du fait que les quelque 800 agences du Québec comptent environ 6000 employés, ça ne représente que 372 $ par employé ! »

L’AAVQ espère avoir des nouvelles du gouvernement du Québec bientôt.

LIRE PLUS – L’AAVQ demande à Québec une aide spécifique pour les agences de voyages

Indicateur